shiatsu bruxelles aromatherapie

Les maladies de l’âme en shiatsu

Bien que les masseurs de shiatsu soient ouverts à différentes formes de spiritualité, tous ne sont pas croyants pour autant, loin s’en faut. Malgré tout il nous faut bien avouer que nous sommes parfois confrontés des troubles qui ne relèvent ni du corps ni de l’esprit et de ses dérives psychologiques. On pourrait parler de maladies de « l’âme ».

Le métier de thérapeute shiatsu est toujours rempli de surprise et aucun jour ne ressemble au précédent. En effet chaque individu vient avec ses problématiques, qu’elles soient corporelles ou psychologiques. Il nous faut nous adapter en permanence et inventer sans arrêt une solution pour répondre à la demande, à la personne et au moment. Toutefois une catégorie de personnes nous approche avec des problèmes qui ne rentrent dans aucune catégorie, et ce dès la discussion lors de la première rencontre.

« Je ne suis pas en phase avec moi, j’ai un corps mais je ne sais pas comment l’utiliser. D’ailleurs c’est une erreur je ne devrais pas être dans ce corps, ni dans ce monde. Je n’ai rien à faire ici-bas et cela me fait souffrir. Pouvez-vous m’aider ? ».

Ou bien « J’ai tout pour être heureux, une famille, une maison, un bon boulot qui me plait, une femme aimante, mais il me manque l’essentiel. Et je ne sais pas ce que c’est. Cela me déprime profondément car je ne comprends pas ce qui m’arrive. »

Ou encore « J’ai l’intuition d’avoir des choses à faire mais je ne sais pas lesquelles. J’ai aussi le sentiment de devoir des choses, mais quoi ? C’est comme si d’autres vies venaient à moi pour réclamer que les épure. C’est très étrange. »

Les personnes qui se confient ainsi sous le sceau du secret thérapeutique ne sont pas folles. La plupart occupent des postes importants, sont fonctionnaires internationaux, ont une vie sentimentale et affective stable, n’ont pas subi de traumatismes et ne sont pas des adolescents en perte de repères. Alors quoi ? Tout simplement elles ressentent des dimensions de notre vie qui dépassent le simple corps physique. Même si l’on n’adhère pas à leur discours ou aux croyances qu’ils induisent, force nous est de constater leur souffrance.

Dans la plupart des cas le shiatsu peut intervenir pour ramener la personne à vivre son corps, afin que son esprit ne vagabonde plus dans l’imaginaire. Mais cela ne suffit pas toujours. C’est à ce moment-là que la notion de thérapie holistique prend tout son sens. Le traitement des chakras est particulièrement efficace pour reconnecter le corps physique à une entité qui nous dépasse (le Moi de la psychanalyse, l’âme pour les croyants…), ou encore l’utilisation des vaisseaux gouverneur conception. Comme la communication verbale ou corporelle n’est pas possible avec cette entité, le travail énergétique proposé par le shiatsu permet de transcender les frontières de l’être et d’établir des ponts.

La culture bouddhiste et shintoïste japonaise qui a créé le shiatsu n’est pas étrangère à ses notions. Les maîtres japonais de shiatsu expliquent facilement le principe karmique, les vies antérieures, la connexion à l’énergie de la terre et du ciel dans lesquels on retrouve les autres entités psychiques en communication et en connexion les unes avec les autres. Sans avoir besoin de croire en tout cela, les masseurs shiatsu occidentaux connaissent les techniques pour recentrer, apaiser, reconnecter et mettre le corps en vibration avec différents niveaux énergétiques. Par ce biais les personnes qui s’inquiètent et s’interrogent sur la nature de leurs troubles arrivent à retrouver joie de vivre et un sens à notre passage sur terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.